Menu
Home
Log in / Register
 
Home arrow Law arrow litineМЃrance en questions

PARTIE 1. RENCONTRE ENTRE RECHERCHE ET INTERVENTION

CHAPITRE 1. DIALOGUER DE FAÇON DÉMOCRATIQUE AVEC LES JEUNES DE LA RUE. Le potentiel du Dispositif Mendel

Michel Parazelli

Annamaria Colombo

Gilles Tardif [1]

Des jeunes de la me, des policiers, des intervenants jeunesse et des élus municipaux [2] qui dialoguent de façon continue en communiquant par écrit et dans des conditions égalitaires au sujet de la vie de me: c'est ce changement sociopolitique qu'opère le Dispositif Mendel, appelé ici Dispositif de concertation et de négociation de groupe à groupe. Mis en place sous la forme d'un projet pilote de 1998 à 1999 à Montréal, ce dispositif a connu, depuis, deux autres applications dans cette ville, l'une de 2001 à 2004 et

l'autre de 2004 à 2006. Il s'agit d'une adaptation en milieu ouvert (le milieu de la rue) d'un dispositif conçu par le sociopsychanalyste Gérard Mendel (1992) et appliqué en France, depuis plus de 30 ans, par le groupe Desgenettes (Bitan-Weiszfeld et Rueff-Escoubès, 1997) et, depuis 16 ans, par l'ADRAP [3] (Prades et al., 1999), de même qu'en Belgique, en Italie et en Argentine au sein d'institutions, telles qu'une entreprise de transport, une école, un hôpital, etc.

Le but de ce dispositif est d'assurer les conditions organisationnelles qui permettent des échanges démocratiques entre différents groupes d'acteurs d'une même institution dans la perspective de développer leur autonomie sociale. Plus spécifiquement, ce dispositif permet à des personnes marginalisées, telles que les jeunes de la rue, de participer à la construction publique d'un monde commun. Nous concevons le milieu de la rue non pas comme une institution fermée, mais comme un complexe institutionnel, c'est-à-dire un système ouvert (Morin, 2005) composé d'organisations différentes qui établissent des rapports spécifiques avec ces jeunes et représentant des champs de pratiques différents (santé, socialisation, hébergement, juridique, etc.) ainsi que des approches diversifiées.

Dans l'application de ce dispositif, certains de ces acteurs se rencontrent en groupes homogènes séparés (par exemple, les jeunes de la rue ensemble, les policiers ensemble, etc.) et communiquent de groupe à groupe par l'intermédiaire d'un écrit. Il n'y a donc pas de rencontre face à face entre les différents groupes d'acteurs [4] et la composition de ceux-ci est anonyme. Cela permet une plus grande liberté d'expression à l'intérieur des groupes, condition essentielle pour favoriser la délibération. Le choix des thèmes de discussions revient à chacun des groupes et n'est pas soumis aux intérêts spécifiques d'un seul groupe. Il s'agit d'une transformation importante des rapports entre ces groupes d'acteurs qui entretiennent dans le milieu de la rue des relations inégalitaires, souvent conflictuelles ou centrées sur les besoins sociosanitaires de ces jeunes.

Dans cet article, après avoir présenté le dispositif tel qu'il est appliqué à Montréal, nous décrirons les principaux effets que nous avons observés en ce qui regarde les objectifs du dispositif. Nous conclurons par une réflexion autour du potentiel et des limites d'un tel dispositif eu égard au contexte social actuel entourant le milieu de la me.

  • [1] Tous les auteurs du chapitre font partie du Collectif DéSisyphe et c'est en ce nom qu'ils signent le chapitre. Mis sur pied en 2001, le Collectif DéSisyphe est un groupe d'intervention s'inspirant de la sociopsychanalyse élaborée par le psychanalyste et sociologue Gérard Mendel dont nous parlerons plus loin. Ce collectif a pour objectif de veiller à l'application réfléchie du Dispositif Mendel au Québec. Il est composé de six personnes d'institutions différentes (chercheurs, psychologues, intervenants sociaux, intervenants communautaires, etc.) ayant toutes suivi une formation sur les fondements socio-psychanalytiques du dispositif.
  • [2] Le groupe des élus municipaux a été élargi dans l'application 2004-2006 à un groupe de responsables institutionnels rattachés aux services sociaux, policiers et juridiques.
  • [3] ADRAP: Association de recherche et d'action psychosociologique.
  • [4] Précisons que les acteurs d'un même groupe se rencontrent, eux, en face à face.
 
Found a mistake? Please highlight the word and press Shift + Enter  
< Prev   CONTENTS   Next >
 
Subjects
Accounting
Business & Finance
Communication
Computer Science
Economics
Education
Engineering
Environment
Geography
Health
History
Language & Literature
Law
Management
Marketing
Mathematics
Political science
Philosophy
Psychology
Religion
Sociology
Travel